Gestion différenciée des espaces verts

De l'étude à la réalisation


À partir des documents d’archive, d’un état des lieux détaillé et du retour d’expérience sur l’entretien des plantations, Defacto et son prestataire Botanica ont mis en place un plan d’actions pour la régénération des espaces verts du Grand Axe.
Trois zones ont été identifiées pour réaliser des travaux au printemps, présentant des enjeux et des propositions de régénération très différents :


Il s’agit ici d’initier un processus de requalification qui vise à renouveler tant l’image des jardins de La Défense que les usages, le potentiel écologique du site et la gestion des espaces verts.


La mise en place d’une politique de gestion différenciée


Defacto travaille depuis le début de l’année 2016 à la mise en place d’une gestion différenciée des espaces de La Défense. Ceci implique que chaque espace est aménagé et géré de manière réfléchie, en fonction de son utilisation et de ses caractéristiques, selon le principe “entretenir autant que nécessaire, mais aussi peu que possible”. L’ensemble des espaces verts (et des voiries) entretenus par Defacto ont d’abord été inventoriés, puis répartis en différentes classes selon le mode d’entretien que l’on y applique. Ainsi, à certains endroits bien choisis, une gestion plus écologique permet de favoriser la biodiversité et de limiter les impacts sur l’environnement et sur la santé humaine. De plus, à l’échelle de La Défense, la gestion différenciée permet de varier les paysages et de rendre les travaux d’entretien moins coûteux et plus efficaces.

Notre objectif est d’obtenir à terme le label EcoJardin signe de la bonne gestion écologique des espaces verts. Ce label répond à plusieurs critères correspondant aux actions que nous sommes en train de mettre en place.


Planification
     - Chaque espace vert est identifié et caractérisé grâce à la collecte et à une étude poussée. Chaque espace sera ensuite entretenu de  manière spécifique selon son emplacement, usage, fréquentation, attente sociale, taille, intérêt écologique.
     - Intégration dans le réseau des espaces verts du territoire -> connexions entre les unités (Trame verte et bleue)
     - Identification de chaque objectif paysager particulier afin de ne pas standardiser les espaces verts.

Sols
La préservation des sols est un enjeu essentiel pour une démarche écologique.
Cette partie s’intéresse à la connaissance des sols et aux mesures à mettre en place pour préserver leur structure et  leurs caractéristiques physico-chimiques ou biologiques.
Réaliser un état des lieux des sols et suivre leur évolution permet de de mieux adapter ensuite la gestion (amendements et fertilisation) et le choix des végétaux qu’on y implante.

Eau
Depuis 1900, la quantité d’eau douce prélevée a été multipliée par six quand la population était multipliée par deux.
La mise en place d’une gestion raisonnée de l’eau d’arrosage /optimiser la consommation en eau.
La recherche d’alternatives à l’usage de l’eau potable pour l’arrosage.

Faune/Flore
On s’intéressera ici tout d’abord à la biodiversité, puis à la conduite des végétaux – du choix des espèces (privilégier les espèces indigènes, natives du bassin parisien) à leur entretien (respect des cycles faune-flore) et à la gestion de leur état sanitaire, et enfin à la gestion des déchets verts (réduction, réutilisation et recyclage)
On proscrira le recours à des produits phytosanitaires issus de la chimie de synthèse, dangereux pour l’environnement et la faune auxiliaire.

Formation
Réaliser un plan de formation avec des thématiques en rapport avec l’écologie est l’étape essentielle pour appliquer les principes de la gestion écologique sur le terrain.
Le jardinier redécouvre la flore spontanée et devient acteur de l’évolution du site, basée sur l’observation fine (flore, faune, sol…) afin de constamment adapter et faire évoluer la gestion pour favoriser la biodiversité, respecter les sols, préserver les ressources en eau…tout cela en respectant l’identité de l’espace vert et en permettant l’expression des pratiques du public (détente, loisir…).

Publics
Les espaces verts sont des lieux de vie, conçus pour le public, et, dans cette optique, la prise en compte du public et des usages du site est essentielle dans ce référentiel. Par ailleurs, la gestion écologique des espaces verts instaure de nouvelles pratiques de gestion, à expliquer et partager, pour en faciliter la compréhension et la diffusion.

En bref


La gestion différenciée est une nouvelle approche de gestion qui consiste à adapter le mode d’entretien à chaque espace vert, en fonction de ses caractéristiques et de ses usages. L’objectif est, à l’échelle de la Défense, de mieux respecter l’environnement, mais aussi de diversifier les types d’espaces verts pour mieux satisfaire les utilisateurs et varier les paysages.

Elle permet de mieux répartir les charges d’entretien des espaces verts au profit d’un triple avantage :

  •      - Écologique : des actions favorables à la biodiversité, respectueuses de l’environnement et de la santé,
  •      - Économique : réduction de la consommation d’eau et de produits chimiques, réduction des surfaces tondues régulièrement,
  •      - Social : aménagements adaptés à l’utilisation par les habitants.