Lien PDF

PDF version

Text Resize

-A +A

Lien imprimer

Paris La Défense expérimente de nouveaux mobiliers urbains connectés

Mobilier urbain

19/03/2018 4494 vues

Paris La Défense s’engage pour le développement durable à travers plusieurs expérimentations sur son territoire qui visent à optimiser, recycler et valoriser les déchets
 


Le caractère innovant de ces solutions réside dans le fait que tous les mobiliers choisis sont connectés à distance à une interface qui permet à Paris La Défense d’obtenir des statistiques afin de mieux connaitre les pratiques de ses utilisateurs pour optimiser le traitement des déchets et ainsi améliorer le cadre de vie de chacun.


Des cendriers design et connectés


Depuis lundi 19 mars, 15 nouveaux mobiliers urbains design ont été installés dans l’espace public. Peut-être les avez-vous remarqués avec leur couleur verte flashy : ce sont les nouveaux cendriers de la marque Cy-clope qui viennent remplacer les Cigabox. La problématique des mégots de cigarette est connue depuis longtemps : pollution de l’eau et des sols, pollution visuelle, canalisations bouchées, feux de poubelle.

Et avec plus de 260 000 utilisateurs quotidiens du quartier (salariés, habitants et étudiants), on estime à environ 100 millions de cigarettes fumées par an et autant de mégots jetés, dont une grande partie termine par terre.

Paris La Défense s’attaque à ce problème et expérimente pendant six mois ces nouveaux cendriers qui collectent les mégots et les valorisent ensuite à l’aide du groupe Chimirec, 1ère filière capable d’utiliser 100% du déchet du mégot. Ainsi, les mégots recueillis sont transformés en fine poudre, celle-ci étant insérée dans les filières cimentières en substitut des copeaux de bois classiques. Si l’expérience est concluante, Paris La Défense déploiera une centaine de ces mobiliers sur ses espaces publics.


Le centre de tri Trio, premier partenariat entre Trio Greenwishes et un établissement public


Paris La Défense entend également optimiser sa gestion des déchets. Un centre de tri a ainsi ouvert avec trois agents en insertion qui récupèrent l’ensemble des corbeilles présentes sur l’espace public du quartier d’affaires pour effectuer un second tri précis afin de valoriser les déchets.

Installée dans l’entrepont Iris depuis décembre 2017, cette solution développée par Trio Greenwishes et jusqu’à présent uniquement déployée dans des entreprises privées, commence à faire ses preuves. Ainsi le premier tri effectué par les utilisateurs du quartier, associé au travail des agents du centre, a permis de recycler 2 tonnes de déchets ensuite transformés en 186 ramettes de papier, 7 caddies et 19 392 bouteilles en plastiques. Et pour le seul mois de janvier 2018 il a permis d’économiser 23 m3 d’eau et 2,6 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 15 000 bouteilles d’eau et 60 allers-retours Paris-Londres en avion.

Le succès de cette démarche repose sur le travail manuel des agents du centre de tri mais surtout sur le civisme des utilisateurs du quartier qui, en triant leur déchets dans les corbeilles de tri mises à leur disposition, participent à économiser nos ressources communes et à donner une seconde vie à nos déchets. Ce cycle est d’autant plus vertueux que pour chaque tonne de papier recyclé, un arbre est planté en Île-de-France.

Si Paris La Défense a fait le choix d’ouvrir un centre de tri directement sur son site, c’est pour maîtriser le tri et le flux des déchets, être plus efficace, ne pas dépendre d’intermédiaire et valoriser l’ensemble des déchets dans des filières en France.


Des corbeilles solaires


Innovation de la société Bigbelly et mis en œuvre par Urban Futur, quatre corbeilles ont aussi été installées. Elles sont équipées de capteurs solaires qui alimentent un compacteur de déchets internes et un capteur du niveau de remplissage.

Ces quatre Bigbelly remplacent 16 corbeilles classiques, améliorant ainsi l’aspect visuel de l’espace public, et de par leur capacité accrue, permettent de diviser par 5 la fréquence de collecte.

Ainsi, depuis le 10 octobre dernier, 208 collectes ont été effectuées sur ces mobiliers au lieu de 1 040 pour des corbeilles classiques, ce qui représente une économie substantielle sur le coût énergétique de la collecte.

Ces initiatives, à l’état d’expérimentation aujourd’hui, pourront être pérennisées si elles s’avèrent concluantes. C’est tout l’enjeu de la connectivité de ces mobiliers et des statistiques qui en découlent. Paris La Défense entend profiter du caractère atypique de son territoire pour multiplier dans les mois et années à venir ce type d’expérimentations et d’initiatives.

Découvrez les emplacements des mobiliers connectés sur le plan ci-dessous

Read more