Big Board

Alexandre Moronnoz

Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto
Big Board - © 11h45 pour Defacto


Déjà lauréat en 2014 avec Slides, gigantesque tapis de jeu ou « playground » pour tous à l’échelle de la dalle de La Défense, le designer Alexandre Moronnoz revient cette année avec une immense table de meeting intitulée Big Board.  Pour l’édition 2016, il a choisi d’aborder la thématique du « Village Global » sous l’angle du travail hors-champ en concevant une sorte de « hub public de co-working » qui peut se métamorphoser selon les usages qui y prendront vie. Offrant la possibilité de se réunir en plein air, son dispositif monochrome représente pour lui « un nouvel accès au pouvoir de faire et d’entreprendre en commun ».

À la fois table et podium sur lequel chacun peut monter, lieu de rencontre et scène publique, Big Board est une micro-architecture que l’on peut s’approprier individuellement, en petit groupe ou en assemblée. Repérable par sa couleur jaune sur l’esplanade de La Défense, ce gigantesque cadran solaire de 13 m de diamètre par 2,5 m de hauteur est protégé par une cloison pénétrable et transparente réalisée en lanières PVC, de type rideau industriel. Cette structure en métal et bois formant banc et table circulaires sur lesquels on peut grimper, accueille un arbre. Émergeant du podium central recouvert d’un sol souple, cet eucalyptus en pot renforce le changement d’échelle du global au local.


Né en 1977, Alexandre Moronnoz, diplômé de l’ENSCI « Les Ateliers » en 2003, exerce comme designer indépendant à Paris à travers une approche contextuelle générant de nouveaux environnements. Après deux projets d’assises urbaines primés en 2009, (Muscle, par l’Observeur du Design, et CCC, par la Ville de Paris), il poursuit ses recherches à l’échelle du corps dans le contexte urbain de La Défense en 2014 puis en 2016.