Lien PDF

PDF version

Text Resize

-A +A

Lien imprimer

Paris La Défense Art Collection - FR

Dossier de presse

3268 vues

Le contexte


Dès la conception du quartier dans les années 1960, La Défense a vu se cotoyer les artistes, les architectes et les ingénieurs du site. Les monuments d’architecture, tels que la Grande Arche ou le  Cnit, dialoguent avec des oeuvres dont certaines sont emblématiques des courants artistiques qui ont traversé le XXe siècle : le surréalisme, l’abstraction, le cinétisme, l’art conceptuel, le nouveau réalisme…
Elles font l’objet de commandes, puis d’acquisitions dans un contexte d’émulation architecturale et culturelle incarnées, entre autres personnalités, par Jean Millier (Président de l’Établissement Public d’Aménagement de La Défense de 1969 à 1977, Président du Centre national et de culture Georges Pompidou de 1977 à 1980), Germain Viatte (conservateur au Musée national d'art moderne de 1975 à 1984) et Michel Moritz (architecte en charge de l’installation des oeuvres).

L’Araignée rouge de Calder, les Personnages fantastiques de Miró, les Signaux de Takis, la Fontaine monumentale de Yaacov Agam, Le Pouce de César, les Doubles lignes indéterminées de Bernar Venet, Slat de Richard Serra, After Olympia d’Anthony Caro… Ces oeuvres monumentales, à l’échelle du site, sont à la fois pièces structurantes de l’espace public et repères pour les utilisateurs et visiteurs du site.

Defacto, Établissement public en charge de la gestion, de la promotion et de l’animation du quartier d’affaires, développe aujourd’hui le projet Paris La Défense Art Collection pour la mise en valeur des 69 oeuvres qui jalonnent, discrètes ou imposantes, l’espace public. L’objectif est double : d’une part, améliorer la lisibilité, la conservation et la présentation de cet héritage artistique extraordinaire, et d’autre part contribuer à faire revivre cet ensemble qui constitue un exemple unique de collection d’art en plein air.